L’agréabilité est l’un des cinq grands facteurs de personnalité de la théorie des Big Five. C’est aussi l’un des 8 traits de caractère prédictibles d’une bonne efficacité collective dans le modèle et outil EFFENCY. La définition retenue par les scientifiques qui ont participé à l’élaboration de ce modèle est : « L’agréabilité correspond à la propension de chacun à coopérer et être en accord avec autrui. Ce trait de caractère est particulièrement important dans les interactions sociales dont il garantit la cohésion. »

Nous retrouverons facilement pour des personnes qui ont un haut niveau d’agréabilité, la capacité à spontanément faire confiance, d’être franc, de faire preuve d’altruisme, de respect, enfin d’être modeste et d’être doté d’une belle sensibilité. L’ensemble est en effet prédictible d’une bonne coopération. SI les autres membres de l’équipe sont aussi dans l’agréabilité. Sinon le risque est que la relation soit déséquilibrée et que d’une force, l’agréabilité devienne un trait de caractère particulièrement dur à supporter. Pas de coopération et certainement pas d’ÉCOopération (cf. fiche pratique n°2), puisque le respect/l’acceptation de l’autre est partielle.

 

Il est intéressant de regarder ce trait de caractère à la loupe de l’analyse transactionnelle, et notamment de ce que nous appelons les positions de vie. Sans rentrer dans le détail d’une discipline qui, si elle est abordable, demande du temps d’appropriation, les positions de vie décrivent quatre façons de voir les relations entre soi-même et autrui, structurées depuis notre plus tendre enfance. Elles ont trait fondamentalement à ma capacité d’acceptation de l’autre mais aussi de moi-même, pour une relation épanouie. Et même si la structuration est là depuis longtemps, le fait de me rendre compte de mon intolérance, permet de changer de pilotage automatique à pilotage manuelle et être capable de rentrer à nouveau dans une relation gagnant-gagnant voire synergique.

 

Les personnes qui ont un haut niveau d’agréabilité seront dans ce modèle ++ : Je m’accepte (+) et j’accepte l’autre (+) et auront à cœur de chercher la meilleure solution ensemble. Si à « l’autre bout du fil » nous avons une personne qui se trouve aussi en ++, l’ÉCOopération a toutes les chances d’opérer car l’environnement est respectueux des points de vue de chacun. Si en revanche cette personne est par exemple +-, elle aura tendance à se survaloriser et à dévaloriser l’autre, ce qui est d’autant plus facile avec une personne agréable.

 

L’enjeu, plus qu’un concours de gentillesse, est un enjeu d’autonomie ou de dépendance : plus nous sommes dans la spontanéité sans craindre les réactions de l’autre, bien au contraire, plus nous pouvons nous enrichir sans détruire, et éviter les pièges de la dépendance. Alors, nous pouvons être puissants (je peux) et atteindre ensemble les objectifs visés par le collectif !

 

Le coaching professionnel vise à entrer dans ce cercle (nous parlerons même de triangle) vertueux. EFFENCY est aussi un dispositif du coach permettant d’y travailler. A votre disposition pour en parler, en toute agréabilité.